Campus numérique Francophone de Tripoli
Donnons toutes ses chances à l’excellence

 

Accueil du site » Actualités » Actualités du CNF

>>Ateliers de formation sur la médiation et la résolution des conflits : près de 200 étudiants et professionnels reçoivent leurs certificats

3 juin 2016

Suite aux ateliers de formation visant le développement des connaissances et des compétences dans le domaine de la médiation et de la résolution des conflits, le Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation dans les pays arabes, le Bureau Moyen-Orient de l’AUF et le Centre professionnel de médiation de l’Université Saint-Joseph (USJ), ont organisé le 2 juin 2016 à l’UNESCO une cérémonie pour remettre des certificats aux près de 200 étudiants et professionnels qui y ont participé.

Ces ateliers sont le fruit d’un partenariat entre l’UNESCO, l’AUF et l’USJ, développé dans le cadre du projet HAWER de l’UNESCO et du projet « Dialogue interculturel » de l’AUF.

Les étudiants qui y ont participé sont issus pour la plupart de 9 universités libanaises membres de l’AUF : l’École Supérieure des Affaires, l’Université moderne de gestion et des sciences, l’Université arabe de Beyrouth, l’Université Antonine, l’Université islamique du Liban, l’Université Libanaise, l’Université Saint-Esprit de Kaslik, l’Université Jinan et l’Université Libano-Francaise.

À travers cette initiative pionnière, ces trois institutions avaient pour objectif de renforcer le rôle des jeunes dans la promotion de la culture du dialogue et de la paix en s’appuyant sur les principes du travail en commun, pour que dialogue et médiation deviennent les outils principaux de la résolution de conflit et de la diffusion d’une culture de la paix.



S’exprimant à l’occasion de cette cérémonie, Dr Higazi Idriss, représentant le directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation dans les pays arabes, a mis en avant « le rôle essentiel des universités dans les sociétés en changement et en développement », avant d’ajouter : « Alors que notre région traverse des changements majeurs, beaucoup menés par des jeunes, l’UNESCO est convaincue que travailler à promouvoir la culture du Dialogue et à renforcer les capacités liées à la médiation et à la résolution des conflits est crucial pour garantir une réforme positive et établir une paix et une stabilité durables ».

M. Hervé Sabourin, directeur du Bureau Moyen-Orient de l’AUF, a ensuite saluer la capacité du monde universitaire à se saisir de questions urgentes telles que la gestion des conflits, des migrants et des réfugiés, mais aussi l’éducation à la paix. M. Sabourin a également confirmé la volonté de l’AUF de renouveler l’expérience en 2017, en appelant de ses vœux à ce qu’elle soit étendue à d’autres pays de la région.



De gauche à droite : Mme Johanna Harawi Bourjaily, M. Hervé Sabourin, Pr Salim Daccache, Dr Higazi Idriss et Mme Maysoun Chehab

Le Pr Salim Daccache, Recteur de l’Université Saint-Joseph, a fait part de son admiration quant au succès de ce programme de formation étroitement lié aux défis auxquels doit faire face le Liban.

« Chers amis, ne gardez pas pour vous-mêmes ce que vous avez acquis comme connaissances et méthodes pour activer le dialogue et l’interaction entre les personnes issues des différentes cultures, origines et milieux sociaux. De cette manière vous redonnez à l’Université et à toute université au Liban son rôle de pionnier dans la promotion de sa mission en faveur du dialogue social, interculturel et interreligieux en créant des espaces communs de rencontre, de débat et de dialogue afin de faire du vivre-ensemble moins un slogan et plus une réalité dynamique », a plaidé le Pr Daccache en s’adressant aux étudiants.


Mme Johanna Harawi Bourjaily, directrice du Centre professionnel de médiation de l’USJ, a enfin rappelé que « l’objectif principal de ces ateliers de formation est de développer chez les apprenants trois connaissances importantes : le savoir-faire, le savoir-dire et le savoir-être ». Selon elle, l’acquisition de ces savoirs « permettra aux étudiants d’ếtre en mesure de prévenir et de gérer les conflits dans un esprit de bonne volonté et de solidarité afin d’atteindre le « savoir-devenir » ».